Publié par : oliviertredan | J mai 2007

Une expérience de correspondance numérique

En surfant sur Technorati à la recherche de qui parle et comment du lancement de Rue89.com, le dernier des médias citoyens, un billet d’un blogueur retraçant son lancement dans la correspondance numérique :

 « C’est sans doute pour ça que j’ai été plus attentif que d’habitude aux sirènes des deux camions de pompiers croisés . […] Quand j’entends la sirène d’un troisième camion qui cherche à rattraper les deux premiers, je fais demi-tour et je m’élance à la poursuite des gyrophares. Ca ne fait pas l’ombre d’un doute : je suis sur un coup. […] Whouaou, un vrai feu ! Je respire profondément et réfléchit à ce que je vais bien pouvoir prononcer comme discours quand je recevrais le prix Pulitzer. […]

Je trouve. Je me précipite. Les pompiers sont en train de ranger leur matériel. Tout est éteint. […] C’est un petit utilitaire qui a brûlé. Il est éteint. Fin de l’histoire. Bon. Je fais quoi, moi maintenant. Quelques mauvaises photos – il faut vraiment que je change de matériel si je veux être un journaliste citoyen performant – mais à part ça, je fais quoi ? Je vais parler aux témoins ? Aux pompiers ? Aux deux policiers qui viennent d’arriver ?

Pourtant, je sais faire. Je sais très bien faire, même. Mais quand je travaillais comme pigiste au Républicain de l’Essonne, c’était plus simple. J’avais une raison sociale. Un employeur. Une carte de visite, même, qui m’ouvrait des portes. Les gens que je rencontrais connaissaient « Le Républicain » et répondaient sans difficulté – et souvent avec plaisir – à mes questions. […]

Mais là, c’est différent. On ne me fait pas entrer dans la confidence. Je suis un étranger. Un badaud. Un badaud qui prend des photos avec son téléphone et qui se rapproche à toute vitesse de la catégorie « Emmerdeur » quand il commence à poser des questions à demander si « les trois camions, c’est pour la même intervention ? ». Le pompier répond oui de l’air de celui qui a autre chose à faire (et en réalité, il a autre chose à faire). Si je lui dis que je veux publier un article sur Rue89, ça ne va pas l’émouvoir. J’aurai peut-être du dire Yahoo! ou même Libération. C’est un problème tout de même, cette absence de statut, si on veut faire en sorte que le « journalisme citoyen » se développe véritablement. Il va tout de même falloir que les gars se présentent, disent bonjour, parlent, posent des questions. Parce que si c’est pour prendre une photo à la sauvette, c’est pas la peine. Ca fonctionne comment, chez les autres ? »

Publicités

Responses

  1. Bonjour. Merci de cette citation. Je voudrais préciser un point : j’ai bien envoyé un article de quelques lignes accompagné de mauvaises photos à rue89. J’ai un accusé de réception mais rien de plus à ce jour.

    Je ne me fais pas tellement d’illusion sur la valeur de cet article et j’imagine qu’il ne sera jamais publié. Qui va être intéressé par l’incendie d’une voiture en banlieue parisienne ? Ca arrive tous les jours de l’année ! Une photo exceptionnelle de l’évènement aurait pu me sauver mais… je n’ai pas de photo exceptionnelle 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :