Publié par : oliviertredan | J juillet 2008

Les typologies de la blogosphère ont la cote / Pourquoi je n’aime pas les typologies (edit)

Après la découverte tardive de la typologie proposé par Embruns en 2004, remise au gout du jour par internetetopinion, c’est au tour d’Olivier Ertzscheid de proposer la sienne, tirée de son ouvrage sur le blogging, qui au passage ne prend pas en compte les blogs collectifs d’adolescents, pourtant nombreux.

Celle fait suite à deux autres proposées : celle de Mathieu Paldacci, dans un article paru en 2003, Les quatre mondes du journal intime en ligne (PDF), puis celle de Dominique Cardon et Hélène Delaunay-Téterel (2005). Certes les entrées choisies ne sont pas les mêmes, mais renvoie in fine à une cartographie sensiblement identique dans la manière d’appréhender le phénomène, autour de la double interrogation sur l’énonciateur, sa manière de se présenter, de se mettre en scène et la finalité de la publication et le récepteur envisagé.

Edit : Suite au commentaire d’Emmanuel Bruant, je vais tenter de justifier ce qui me dérange avec la pratique des typologies. C’est d’ailleurs le problème posé par toute typologie, sous-entendu par toute démarche hypotético-déductive : elle pose un regard ancien sur un objet nouveau. Elle ne permet pas de saisir la richesse de ce qui se passe dans la construction d’univers singuliers en ligne. Elle tend à plaquer des catégories préconstituées, validées dans d’autres espaces sociaux autour d’oppositions telles que public/privé, intime/extime, professionnel/amateur, individuel/collectif. Les typologies ont pour vertu la description, mais aussi en est la principale limite. Elle aplatit un monde en construction, ne prenant pas en compte son caractère dynamique.
Une autre posture méthodologique possible, une autre voie, est celle de l’induction. Démarche défendue par Florence Le Cam : »the inductive perspective is more than an approach to discover the field, it is also an original and rigorous way to explain the process of production of science. »

Partant de là, si typologie il peut y avoir, elle doit être le fruit d’un travail de terrain et non le prétexte à validation d’une grille de lecture (trop?) généralisante.

Publicités

Responses

  1. Rappeler l’AFC de M. Paldacci est bienvenu effectivement! Après on compare deux types de typologies très différentes…

  2. Bonjour,
    Je découvre à l’instant votre blog et la page « à propos » me fait espérer une prochaine lecture de votre thèse 🙂
    Sans entrer dans un débat sur l’intérêt global des typologies (je partage pour l’essentiel votre point de vue, même si, faute d’autres outils …), je voulais juste vous poser la question de ce que vous mentionnez comme des « blogs collectifs d’adolescents », effectivement absents de ma typologie. Que recouvrent ces blogs et avez-vous, en la matière, quelques « spécimens » ou références bibliographiques à m’indiquer ?
    Merci d’avance.
    Cordialement

  3. […] Les typologies du web […]

  4. […] C’est un peu ce qui est arrivé lorsqu’Olivier Ertzscheid est venu poster un commentaire. Ce n’était pas mon intention première, mais c’est un bon exemple. Cette pratique est […]

  5. Wow, really cool topic. I will blog about it also!!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :